Vidéosurveillance en entreprise : un investissement utile mais une législation stricte

6 lectures Pas de commentaire

Vidéosurveillance en entreprise : un investissement utile mais une législation stricte
Choisir d’installer un système de vidéosurveillance c’est garantir à votre entreprise un dispositif de sécurité efficace qui protège à la fois les biens matériels et le personnel qui travaille en son sein tout comme les clients qui la fréquentent.
D’autant plus, que pour certains points de vente, les solutions de sécurité sont subventionnées par l’état.
En revanche, en France la loi prévue en matière de vidéosurveillance est à respecter scrupuleusement.

La Surveillance vidéo comment ça marche ?

Dans une grande surface, comme dans tout point de vente où le risque d’effraction, d’agression, de vandalisme et de vol est élevé, une solution de surveillance vidéo s’impose pour sécuriser l’établissement, les biens, le personnel et la clientèle.
Ce dispositif équipé d’un détecteur de mouvement et d’un logiciel de surveillance à distance permet d’accéder en direct aux caméras situées dans un ou plusieurs établissements.
La vidéosurveillance peut être renforcée par une télésurveillance pour une protection en permanence.
En effet, le matériel connecté à un centre de surveillance, active instantanément l’alarme, ce qui permet une intervention adaptée et rapide.

Vidéosurveillance : Que dit la loi ?

Installer un tel équipement implique de se conformer à des procédures légales strictes.
La loi impose ainsi aux propriétaires détenteurs de ce système dans un lieu fermé au public de le déclarer à la CNIL, et de faire de même auprès de la préfecture s’il s’agit d’un lieu ouvert.
Il est obligatoire également d’informer le personnel de l’établissement concerné, et strictement interdit d’utiliser une caméra pour contrôler le travail des salariés.
Enfin, les vidéos enregistrées par la caméra ne peuvent être stockées que durant un mois maximum.

Dans : Business

A propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée